web maker
MICHAEL JONES

MICHAEL JONES


Michael Jones a hérité ses talents musicaux de son père qui est violoniste, ayant plutôt une passion pour la guitare. Urban District Concil Dib Dob Band est le nom de son premier groupe, fondé en 1966, un des plus grands moments de sa vie. Une découverte inattendue, il commence sa nouvelle carrière en faisant des reprises sur les chansons de Led Zeppelin et de Deep Purple . Michael Jones débute dans la composition de quelques titres et commence également à gagner le coeur du public. Le groupe sort son premier 45 T une année seulement après son intégration.

En 1977, Michael Jones participe à un concours organisé par un groupe de rock, qui cherchait un guitariste. Jean-Jacques Goldman, à l'époque, était le chanteur de ce groupe dénommé Taï Phong , qui refusait d'abandonner sa famille pour une tournée. Il fallait donc lui trouver un remplaçant. Le courant entre ces deux artistes passe directement et il finissent par avoir des projets de collaborations. Le fruit de cette collaboration est un nouveau album en 45 T reconnu sous le nom de « Cherry » en 1978.

Michael Jones n'a pas cessé d'exploiter ses talents à travers ses différentes compositions, comme « How do you do » un titre qu'il a composé pour sa petite fille Jennifer et « Thirteenth space ». Bien que le groupe Taï Phong soit séparé en 1980, Michael Jones et Jean-Jacques Goldman continuent de travailler ensemble. A cette époque, Jean-Jacques Goldman découvre le talent caché de Michael Jones et lui propose quelques titres comme « Viens » qui a connu un très grand succès en 1984.

« Je te donne » le fameux titre de Jean-Jacques Goldman et traduit en anglais par Michael Jones, reste au premier rang dans le classement des meilleurs titres pendant 8 semaines, c'est le record. Cinq ans d'aventure avec Jean-Jacques Goldman, Carole Fredericks et Michael Jones formaient le trio mémorable dénommé Fredericks-Goldman-Jones dans les années 1990. Dissout à partir de 1996, Michael Jones décide de poursuivre le chemin seul en composant ses chansons. Restant toutefois en contact, ses deux autres compagnons de Fredericks-Goldman-Jones feront de même.

Michael Jones effectue plusieurs tournées où il chante ses propres chansons ou celles de Jean-Jacques Goldman. Jean-Jacques Goldman, en son honneur, lui écrira une chanson intitulée « Le frère que j'ai choisi ».